PROJET PILOTE DE REDUCTION DE CO2

LE BURKINA, SEUL PAYS NOMINE DANS LA ZONE AFRIQUE DE L’OUEST

La protection de l’environnement par l’atténuation du gaz carbonique dans le secteur de l’aviation civile est devenue une préoccupation lancinante à tel point que l’Organisation de l’Aviation civile internationale (OACI) en a fait une priorité de son plan d’action.Ainsi, la résolution A37-19 qui se veut la matérialisation de cette volonté a invité quatorze pays en développement sélectionnés dont le Burkina Faso par le projet OACI-UE à soumettre leurs plans d’action volontaires au plus tard le 30 juin 2015.Un séminaire d’appropriation et de familiarisation des nouveaux outils pour l’élaboration des plans d’action nationaux pour la réduction des émissions de gaz carbonique s’est tenu à Yaoundé (Cameroun) du 03 au 06 février 2015.

L’atelier de Yaoundé, qui est une des activités du projet conjoint de l’OACI et de l’Union européenne intitulé : « Renforcement des capacités pour l’atténuation des émissions de gaz carbonique issues de l’aviation civile internationale », vise à renforcer les capacités des points focaux des quatorze pays africains en vue d’une meilleure élaboration et d’une mise en œuvre efficiente des plans d’action nationaux d’atténuation des émissions du CO2 de l’aviation civile internationale.
IMG_2478

Le projet, débuté en janvier 2014 pour une durée de quarante – deux mois prendra fin en juin 2017 et couvre les domaines d’activités que sont le renforcement des capacités pour le développement des plans d’action nationaux, la mise en place de systèmes de suivi environnemental pour la collecte des données d’intérêt et enfin l’aide à l’identification et à la mise en œuvre de mesures visant à réduire la consommation de carburant et les émissions de CO2.
A l’issue de cette session de formation, les points focaux du Burkina Faso, M. Salifou ZANGA et Azakaria TRAORE à l’instar des représentants des autres pays sélectionnés, devront être en mesure d’élaborer et soumettre de solides plans d’action nationaux pour la réduction des émissions de CO2 ,d’établir leurs inventaires et enfin de piloter la mise en œuvre des mesures visant à réduire les émissions et la consommation de carburant. Pour ce faire, ils se sont familiarisés avec les outils d’application pour une meilleure utilisation. Il s’agit de :
– « carboncalculator » pour l’établissement de la « Base Line », le niveau de référence des émissions de CO2 si aucune mesure d’atténuation n’est entreprise ;

L’IFSET (ICAO Fuel Saving Emission Tool) pour l’évaluation des gains de consommation carburant en fonction des mesures opérationnelles retenues ;

L’EBT (Emission BenefitTool ), dernier né des outils en version β (expérimentation) pour la mesure des économies réalisées en fonction de la mise en œuvre des sept mesures de réduction des émissions contenues dans le doc 9988, le guide pour l’élaboration des plans d’action.

Le soutien apporté aux 14 Etats nominés par l’Union européenne (UE) à travers l’OACI s’élève financièrement à 6,5 millions d’euros.
Aussitôt, rentré de la mission, le principal point focal, M. Salifou ZANGA sous la présidence du directeur général de l’ANAC, M .Abel SAWADOGO avec la présence effective des partenaires impliqués au plan national, notamment l’ASECNA, la Régie administrative chargée de la Gestion en Escale (RACGAE), la Délégation aux Activités aéronautiques nationales (DAAN), la Direction générale de la météorologie (DGM) et d’Air Burkina, a organisé une session de formation. Il a profité de cette tribune pour informer les participants que le comité national chargé d’exécuter le projet de réduction du gaz carbonique bénéficiera d’un complexe informatique spécialement dédié à la collecte, au traitement et à la transmission à l’OACI des données sur la consommation carburant. Cet outil informatique devrait être sous la responsabilité du point focal de l’ANAC. Ils ont enfin convenu d’un calendrier de suivi du projet avec des dates clé d’évaluation.

Par ailleurs, il est prévu deux missions d’appui de l’OACI au Burkina Faso, celle de mars 2015 pour assister à une des réunions de l’équipe du plan d’action a déjà eu lieu et l’autre en mai 2015 pour évaluer les mesures d’atténuation des émissions se prépare.
En rappel, le projet conjoint qui s’étend aux 14 Etats sélectionnés par l’Union européenne (UE) à travers l’OACI.

Nouhou BERTE