ANAC NEWS N° 09

Abel_Sawadogo_DG_ANAC

Editorial de M. Abel SAWADOGO, Directeur Général de l’ANAC

Année 2015 :

Une moisson abondante mais que

d’efforts déployés à maintenir !

L’année 2015 aura marqué un tournant majeur dans la vie de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC) en raison de l’aboutissement heureux de la quasi-totalité des dossiers considérés comme « dossiers phares ».

Parmi ceux-ci, figure d’abord la mutation institutionnelle de l’ANAC, devenue une nécessité impérieuse. Trois ans après son opérationnalisation, cette institution de supervision de la sécurité et de la sûreté aérienne rencontrait des difficultés sérieuses, entravant ainsi son fonctionnement. Cette réalité peu reluisante est née du fait de l’avoir dotée dès son avènement, d’un statut juridique inapproprié et inadapté.

Cependant, force est de constater qu’avec la détermination des responsables de l’Agence et la volonté affichée du gouvernement, sa mutation en institution administrative indépendante est effective suite à l’adoption par le conseil des ministres en sa séance du 13 mai 2015, du décret portant modification des attributions, de l’organisation et du fonctionnement de l’ANAC. Cette décision confère à notre institution un statut et des prérogatives en matière d’aviation civile à l’instar des agences sœurs de l’UEMOA, un pouvoir qui sied à l’exercice de ses missions régaliennes. Un pari majeur qui vient d’être ainsi gagné consacre un nouvel envol de l’ANAC et cela mérite d’être gravé en lettres d’or dans les annales de notre institution.

Ensuite, l’’année 2015 a été aussi marquée par l’aboutissement heureux de l’épineuse question des heures extra-légales, laquelle est restée pendante plus s’une décennie durant. Celle-ci perdu- ra il y a plus d’une décennie. En rappel, les heures extra-légales sont une forme de compensation que les compagnies aériennes paient auprès de certaines structures assurant la mise en œuvre les mesures de sécurité et de sûreté sur nos plates-formes aéroportuaires. A ce stade de mes propos, je voudrais traduire au nom de la grande famille de l’aviation civile, toute notre reconnaissance et gratitude au gouvernement qui n’a ménagé aucun effort pour créer les conditions propices d’un dialogue sain et constructif pour la résolution définitive de cette question en par- faite symbiose avec les parties prenantes. M’adressant aux parties prenantes, elles-mêmes, je voudrais les féliciter pour leur sens de maturité, de responsabilité et surtout d’esprit de concession qui a prévalu tout au long de ces difficiles et longues négociations, permettant ainsi de sauvegarder notre outil commun de travail.

Une autre activité phare de notre jeune institution : la signature d’une série d’accords de services aériens, toute chose qui contribue au rayonnement international du Burkina Faso par la signature d’accords aériens. En effet, notre pays a su tirer profit de l’opportunité qu’offre la conférence de l’organisation de l’aviation civile internationale (OACI) qui se tient régulièrement chaque année sur les négociations relatives aux services aériens (ICAN). A l’édition de 2015 qui s’est tenue du 19 au 23 octobre à Antalya en Turquie dont la délégation burkinabè a été conduite par le Ministre des infrastructures, du Désenclavement et des Transports, notre pays a finalisé les négociations d’accords de services aériens avec la Ré- publique de Malte, le Portugal, le Togo, la Cote d’Ivoire et le Tchad. Avec la Turquie, nous avons signé l’accord de services aériens qui avait été paraphé le 31 mai 2012.
Il faut signaler qu’en prélude à l’ouverture des négociations, la délégation du Burkina Faso à l’instar des autres nations membres de l’OACI a participé à un séminaire sur la connectivité, le cadre règlementaire et le développement économique du transport aérien et du tourisme d’une part et d’autre part sur les activités de l’OACI en matière de facilitation, de libéralisation et de développement de la connectivité.
Une des activités sur laquelle l’ANAC a mis également un point d’honneur au cours de cette année est l’amélioration de la desserte du Burkina Faso, cette activité consiste à travers la délivrance d’agréments, aux fournisseurs de service opérant ou aspirant desservir les plates- formes aéroportuaires de notre pays.

Enfin, dans le domaine de la sûreté de l’aviation civile, outre la tenue réussie de l’exercice de gestion de crise à Bobo-Dioulasso, l’ANAC s’attelle avec les forces de défense et de sécurité aéroportuaires à renforcer progressivement les mesures additionnelles dans un contexte sous-régional ou la veille est de mise. C’est le lieu pour moi de saluer cette dynamique de partenariat exemplaire, fruit de l’accompagnement et de l’engagement de tous les acteurs pour un aéroport sur et sécurisé.

Ainsi, c’est avec fierté et reconnaissance que Je formule à l’adresse de toute la communauté de l’aéronautique civile nationale, mes sincères vœu> de bonne fêtes de fin d’année 2015 et d’une nouvelle année 2016, porteuse de promesses et de perspectives heureuses.

Télécharger ici l’intégralité de ANAC NEWS N°09