ANAC NEWS 12

 

Quels enjeux et défis pour le Burkina Faso ?

dg_edito

 

Le Burkina Faso a été l’objet d’un audit de sûreté du 25 aout au 02 septembre 2016. En outre, notre pays sera soumis à un audit universel de la supervision de la sécurité (USAOP) de l’OACI par la méthode de surveillance continue (CMA) en octobre 2017.

Ces audits qui interviennent après ceux de sûreté de 2013 et de la validation hors site en sécurité de 2014 à l’issue desquels notre pays a enregistré un taux de conformité respectivement dans les deux domaines ci-dessus de 65%, et de 62%. Ces scores qui sont au-dessus de l’objectif n°7 qui stipule que : « tous les Etats africains doivent atteindre un taux de conformité en sécurité de 60% ».

Ce double objectif d’une part fixé par la conférence ministérielle sur la sécurité de l’aviation civile en Afrique tenue à Abuja au Nigeria du 16 au 20  juillet 2012 et d’autre part par l’OACI pour les Etats de la région Afrique et Océan indien nous impose un double défi : réaliser des scores plus honorables et se maintenir dans le peloton des Etats africains.

Au demeurant, l’on est tenté de se poser la question pourquoi nos Etas font désormais des audits de sureté et de sécurité un axe majeur dans les politiques de transports aériens ? Quelles en sont les raisons fondamentales ? Et quels en sont les enjeux ?

L’organisation de l’aviation civile internationale (OACI) est créée par une convention signée le 7 décembre 1944 et devient en 1947 une agence spécialisée des Nations Unies. Dans son évolution, l’organisation servira de cadre à l’élaboration de conventions pénales visant à harmoniser la coopération judiciaire dans la répression des actes d’intervention illicites commis à l’encontre de l’activité aérienne.

Par la suite, l’extension de la capacité normative de l’OACI aux domaines de la sécurité et de la sûreté se manifestera ainsi par la promulgation des
normes impératives et des pratiques recommandées consignées dans les annexes qui sont partie intégrante de la convention de Chicago. Ainsi, les annexes 17 traitent des questions de sûreté et les annexes 18 traitent des volets de sécurité. Chacune de ces dispositions fixe les responsabilités des Etats en s’attachant à l’organisation des procédures nationales administratives et techniques aux mesures préventives et de la riposte dans les domaines de sécurité et de sûreté. Ces responsabilités imposent à nos Etats respectifs la tenue d’audits à intervalles réguliers au regard de la forte vulnérabilité et la fragilité des réseaux du transport aérien.

Il convient de rappeler que la sécurité et la sûreté aérienne représentent des enjeux symboliques de premier ordre compte de tenu de leur forte médiatisation ainsi que du nombre souvent  élevé de victimes induisant une forte implication de la politique étrangère du fait de la diversité des nationalités desdites victimes.

Le Burkina Faso, en sollicitant les audits de sécurité et de sûreté, atteste qu’il respecte et renouvelle ses engagements pris pour apporter sa contribution à la promotion du transport aérien. A travers la conduite de ces audits, les autorités burkinabè entendent traduire toute leur reconnaissance et leur gratitude à l’OACI dans sa volonté de mettre en oeuvre de manière efficace et intégrale des
annexes 17 et 18 d’une aviation civile forte, sûre et sécurisée dans le monde.

Télécharger la version intégrale de ANAC NEWS 12